RECONSTRUIRE LE CERCLE

Hiver/Printemps 2018-2019

 LE COIN DE L’AINÉ

‘‘ Nous ne pouvons qu’être ce que nous nous donnons le pouvoir d’être’’

RECONSTRUIRE LE CERCLE – PREMIÈRE ANNÉE

par John Willcocks

Cette année, Waseskun a inauguré son plus récent projet, Reconstruire le Cercle – UnContinuum de Soins. Cette initiative rassemble la guérison pour les résidents et leurs familles,la formation et l’auto-soin pour les travailleurs de première ligne et, développe des réseauxde support continu pour quiconque travaille envers le succès de la réintégration sociale.  

À date, le projet a été introduit à plus d’une douzaine de communautés au Québec et quelques vingt autres intervenants et organismes. À travers ces contacts, nous avons commencé à planifier la formation et l’expertise que Waseskun fournit aux travailleurs de première ligne alors qu’ils soutiennent la réintégration des résidents dans leurs communautés. Nous sommes aussi en contact avec des organismes Aborigènes dans des milieux urbains alors qu’ils se préparent à réintégrer les hommes dans les villes.  

La portion de la thérapie familiale du projet, dans laquelle un résident et sa famille se rejoignent pour une semaine intensive de thérapie familiale, est d’un grand intérêt durant nos visites dans les prisons. Le programme de Thérapie Familiale Waseya a été présenté dans des prisons de trois régions (Maritimes, Québec et Ontario) et la réponse parmi les délinquants a été très positive. Les sessions de thérapie familiale sont maintenant en cours.  

Finalement, dans nos efforts continus d’assurer avec succès la réintégration sociale dans toutes les communautés, nous serons les hôtes du premier rassemblement annuel Reconstruire le Cercle – Un Continuum de Soins, plus tard dans l’année. Cette réunion de trois jours (sous forme de colloque), fournira une opportunité aux Aînés, ALCs, ADACAs et autres membres des services correctionnels, des soutiens aux communautés, des travailleurs de première ligne et autres intervenants de se rencontrer, discuter et échanger des idées et meilleures pratiques.    

La première année du projet s’est avérée être occupée et, un franc succès. Nous avons hâte de rejoindre des communautés additionnelles et des familles dans les prochains mois.   

PREMIÈRE SESSION DE THÉRAPIE FAMILIALE DE WASEYA

par John Willcocks

Transformation. C’est le mot que la mère d’un résident de Waseskun a utilisé pour décrire son expérience lors du programme de Thérapie Familiale de Waseya – Reconstruire le Cercle. Grâce à cette nouvelle initiative, le résident et sa famille ont récemment bénéficié d’une semaine de guérison intensive et de thérapie. Avec la guidance et le dévouement de l’équipe de guérison, le résident et ses parents ont été en mesure de partager et résoudre leurs sentiments face aux problématiques qui avaient terni leur relation. Au fur et à mesure que la semaine avançait, la famille a démontré un amour plus profond et un engagement et se sont préparés aux défis qu’ils auront à faire face lors de la libération du résident.  

Cette session s’est passée au magnifique Centre Mshkiki au pied des Laurentides. Le Centre ressemble plutôt à une maison qu’une institution et, de ce fait, l’atmosphère durant toute la semaine en a été une d’harmonie et d’amour. Les membres de la famille, les guérisseurs et, un administrateur ont habité au centre partageant les repas et les tâches tout en développant un sens communautaire. Le résultat fût un environnement sécuritaire et aimant propice à la guérison. Le résident, de même que son Aidant, ont voyagé au Centre à chaque jour pour les sessions de guérison et, afin de partager les repas communautaires  

L’équipe de guérison, Dennis Nicholas, Kahienes Sky et Chad Diabo ont tenu des cercles, ont partagé des enseignements et ont dirigé des cérémonies tout en laissant la Médecine déterminer le cours des sessions. Les participants ont ressenti une grande puissance dans le feu sacré qui a été allumé conjointement par le résident et son père. Les membres de la famille ont libéré de la vieille culpabilité et des regrets, ont laissé ressortir des sentiments enfouis depuis longtemps, les ont partagés et, ont partagé le pardon  

Pendant que l’unité familiale, entamait la guérison, chaque membre a été témoin d’introspections personnelles profondes et, de grandeur. Comme le disait un membre de la famille ‘sur une base personnelle, vous m’avez tellement aidé à mettre mon passé et mon présent en perspective et, vous m’avez donné tellement de guidance sur mes choix de vie en avançant dans le futur’. Un autre membre a dit que les quatre jours de guérison l’avaient amené à se regarder intérieurement plus profondément qu’il ne l’avait jamais fait. Comme Dennis a tout simplement expliqué, ‘c’est la médecine qui travaille  

Tous ont apprécié le site isolé du Centre Mishkiki qui offrait des marches calmes dans la forêt et la liberté de toutes distractions du monde digital ‘branché’. Le site, les guérisseurs, la famille et la Médecine se sont rassemblés en parfaite harmonie afin de fournir une opportunité unique de reconstruction du Cercle Familial.  

Les sessions de guérison avec les résidents et leurs familles sont en voie de planification pour la durée de l’année 2019 et les années suivantes.  

ENTREVUE DE RÉSIDENT SUR L’EXPÉRIENCE EN THÉRAPIE FAMILIALE

Par le passé, Paul a participé dans de la thérapie familiale avec des psychologues et, celle-ci mettait davantage d’emphase sur les aspects techniques tels que les traumatismes de l’enfance. La thérapie familiale qu’offrait Dennis, Kahienes et Chad amenait un aspect culturel qui a eu un grand impact et qui nous a aidé à être plus ouvert et communiquer dans un environnement sécuritaire avec les Médecines. Les aspects spirituels et culturels de la thérapie ressortaient du lot pour Paul.

On ne lui en avait pas parlé beaucoup avant la session, donc Paul était nerveux. Il était incapable de prédire l’intensité de la session, ni ce que ses parents étaient pour partager. Il découvrit plus tard que ses parents aussi étaient nerveux car ils ne savaient pas à quoi s’attendre. Cependant, il n’y a eu aucune hésitation de la part de Paul et il avait hâte à la session et il savait aussi que ses parents étaient vraiment excités d’y participer leur en ayant parlé au téléphone au préalable

Lorsque la session débuta, il fut spécifié qu’il n’y aurait aucun jugement et que tout le monde était là pour guérir. Ils y étaient tous afin de leur permettre d’avancer en tant que trio, en tant que famille. La plume circula autour du Cercle et Paul partagea que lorsque le sujet devient plus émotionnel, il a tendance à se refermer et parler tout doucement d’un ton robotique. Mais ceci ne s’est pas produit. Il a eu la larme à l’œil et a pleuré pas mal. Il était très émotionnel et ceci le surprit 

Paul a toujours pensé que ses délits d’entrées par infractions n’avaient rien à voir avec sa famille étant donné qu’ils ne semblaient pas affecter la dynamique de famille. Mais l’abus de drogues lui, a eu un impact significatif dans ses relations familiales. Il croit qu’il y a beaucoup de blâme de son côté et, ils ont partagé qu’ils ressentaient qu’ils les blâmaient. Il les volait aussi afin d’entretenir sa dépendance aux drogues. Ce sont des choses qu’ils ont un peu regardé dans le passé mais qui ne s’est jamais résolu. Ces choses étaient adressées puis elles étaient balayées sous le tapis. Cependant, lors de la session avec Dennis et Chad, ils ont affronté le sujet d’aplomb et ont mis l’emphase sur le pardon et comment avancer en tant que famille. Il a été surpris de voir la simplicité avec laquelle ce fut adressée alors que souvent cela a endommagé des familles de façon irréparable 

Trois jours est très peu de temps pour résoudre pleinement quelque chose, mais cela a pavé le chemin. La session fut un départ très significatif. Paul a appris que ses parents n’avaient jamais réellement pensé à la culpabilité et la honte qu’il ressentait. Ils lui ont dit qu’il n’a plus à s’inquiéter de ça et qu’il pouvait lâcher prise. Ce représentait beaucoup pour lui d’entendre ceci; il en fut profondément touché et pleura 

C’était la même chose pour ses parents. Ils s’inquiétaient de leurs habiletés parentales et à propos de certains choix qu’ils ont fait. Paul leur a dit presque la même chose : que ces choses ne lui traversaient jamais l’esprit et qu’ils n’avaient pas à se sentir coupables. Tout particulièrement son papa: ça lui a fait du bien de l’entendre dire qu’il avait été un bon père 

De cette session de groupe, Paul a appris que la communication mène loin. Que l’honnêteté mène loin. Que le respect et l’amour mènent loin. Que les 7 Enseignements (Amour, Respect, Honnêteté, Vérité, Sagesse, Courage et Humilité) mènent loin. Ceux-ci furent intégrés dans cette session de Thérapie Familiale. Paul et ses parents se sentaient en sécurité. Paul est persuadé que les Médecines ont joué un grand rôle afin de les aider à s’ouvrir et être confortable. Si les gens veulent se faire pardonner ou veulent parler de pardon la Thérapie Familiale Waseya offre une grande atmosphère pour le faire.       

RÉFLEXIONS SUR THÉRAPIE FAMILIALE

par Paul K.-J.

Mon nom est Paul K.-J. et je suis un résident de Waseskun depuis plus de trois mois. Depuis que je suis ici, j’en ai appris avantage sur moi-même, plus que je ne le pensais, et j’apprends de plus en plus à tous les jours. Waseskun m’a donné les outils et les perspectives que je peux utiliser lorsque je serai libéré. Une des opportunités desquelles j’ai pu bénéficier a été l’utilisation de la Thérapie Familiale. Tel que nous devrions tous le savoir, avoir du support lorsque nous sommes libérés est vital à une réintégration saine en société. Pendant mes années de dépendances à la métamphétamine en cristaux, j’ai mis beaucoup de stress sur ma famille et j’ai affecté leur bien-être de façon négative. Je les volais sur une base régulière et je les blâmais pour mes propres problèmes. Cela n’a été qu’une question de temps avant que le stress ne devienne insupportable et qu’ils se distancent de moi

Depuis mon incarcération en septembre 2017, je suis en communication avec mes parents afin de tenter de réparer notre relation. Les choses se passent bien et je crois que nous avons fait beaucoup de progrès. Cela étant dit, nous n’avons jamais touché plus profondément les problématiques qui nous ont affecté sur le niveau émotionnel. C’est à ce moment que Waseskun m’a offert de participer à une cérémonie de Thérapie Familiale avec un Aîné présent. J’ai tout de suite accepté cette opportunité sans être trop certain de ce à quoi je devais m’attendre 

Cette thérapie a eu lieu entre le 4 et 7 mars. Cela a débuté par une rencontre entre mes parents et l’Aîné afin qu’il puisse comprendre ce qui se passait dans leur tête et, de connaître leurs buts. Pendant les trois jours suivants, je venais me joindre au groupe et nous commencions notre thérapie familiale avec l’Aîné et mon Aidant présent. L’idée était de faire de la thérapie en présence des Médecines et d’avoir une plus grande connexion spirituelle 

Notre premier jour ensemble (le 5 mars), nous avons parlé des maux de têtes et traumatismes passés. Nous sommes allés en profondeur à propos de ce qui a affecté chacun et, pourquoi. Pour nous tous, ce fut une journée extrêmement émotionnelle parce que j’ai pu comprendre la douleur et la souffrance de mes parents. Ce fut aussi une journée très significative car j’ai appris que mes parents m’avaient pardonné et qu’ils ne voulaient que mon bonheur. Cela fût très soulageant car ça voulait dire que j’ai pu lâcher prise de la culpabilité et de la honte que je portais en moi depuis toutes ces années. 

La deuxième journée était centrée sur le présent et ce que je fais en tant qu’individu pour guérir. J’ai été capable de parler à mes parents à propos du travail que je fais à Waseskun, leur donnant un regard sur ma thérapie personnelle. La troisième et dernière journée était axée sur le futur. Nous avons discuté de mes plans et des rôles de support que mes parents doivent adopter envers moi. Étant donné que j’irai vivre avec mes parents lors de ma libération, il était important que nous couvrions les limites de bases et les attentes. 

La Thérapie Familiale est un espace sécuritaire et sans jugement qui permet aux familles de bâtir la confiance et le respect. Tout ce qui est discuté, même si c’est très douloureux, vient d’un endroit d’amour, d’honnêteté et de respect les uns pour les autres. Je recommande ceci à quiconque est sérieux de faire un changement de vie et qui désire avoir un lien plus étroit et authentique avec leur famille.       

LA COLÈRE

(Par P.N.)

La vie est un combat
La vie est cruelle
La vie est désagréable
La vie est faite de rien
Le négatif est plus fort que le positif
L’amour est aveugle
L’amour est sombre
L’amour est vide
L’amour signifie le néant
Le négatif est plus fort que le positif
L’amour est la haine
La rage est poison
La colère n’a pas de cœur
La rage est irréfléchie
Le négatif est plus fort que le positif
La vie est combative, l’amour est aveuglée, la colère est haineuse
Vous traversez des eaux houleuses, laissez les larmes envahir vos yeux
Allez écrire une histoire, racontez une histoire, une histoire signifie l’action
Pour vous dire la vérité, il y a de la vie, l’amour signifie l’affection
La colère est une perte de temps
Et oui, en réalité, pour tout vous dire
Le positif est plus fort que le négatif

SORTIE À SKI MONTCALM

À la fin septembre 2018, quelques-uns de nos résidents, accompagnés d’un Aidant, ont bénéficié d’une sortie sur deux jours à Ski Montcalm, une ressource communautaire avoisinante.   

La première journée, un kiosque fut monté près d’un des remonte-pentes, de même que notre tambour, des chaises, un banc et une table afin d’y exposer de l’artisanat. Quelques personnes et famille virent au kiosque et ont posé des questions. Ils ont été impressionnés par le travail de Normand L. (pyrogravure) et Adrien L. (dessin)

Nous avons performé à peu près 12 chants au tambour. À un point, un petit rassemblement s’est fait près de nous; quelques jeunes enfants se sont assis au tambour et en ont joué. C’était génial et ça a fait chaud au cœur de voir les yeux des enfants s’agrandir ainsi que leurs sourires, et de les voir performer avec nous et écouter les chants 

Même si la température était nuageuse et froide et qu’il n’y a pas eu beaucoup de visiteurs, on peut dire que ce fut une très belle sortie et une expérience très positive 

Le deuxième jour, notre tambour et deux tables (une table pour l’artisanat et une autre pour faire cuire de la bannique) étaient installés directement à l’avant du chalet, dans un passage où le public passait constamment. Il y a peu d’artisanat qui s’est vendu, mais les membres du public ont vraiment apprécié notre nouvelle recette de bannique fraîchement faite et, que nous donnions gratuitement. 

Le personnel de Ski Montcalm a gracieusement offert aux résidents et à l’Aidant des laissez-passer pour le remontepente afin qu’ils puissent aller marcher en forêt. Tout le monde a adoré son expérience- la vue du haut des montagnes était spectaculaire et les couleurs d’automne à leur summum. Pendant notre marche en montagne, nous avons vu plusieurs médecines potentielles et un nid d’aigle possible. 

La sortie fut un immense succès. Les résidents se sont bien amusés et ils ont tous tiré quelque chose       

COLLECTE ET RÉUNION DE GRAND-PÈRES (‘VIEILLES PIERRES’)

À L’extérieur, la journée était particulièrement magnifique, plein soleil et une douce brise de fin d’été. L’occasion était bonne de mettre à profit le programme ‘‘Honorons Nos Traditions’’, de rassembler quelques résidents et de partir pour une cueillette (réunion) de nos Grands-Pères, ces pierres de grosseur moyenne que l’on utilise pour nos cérémonies de purification à l’intérieur de nos tentes de sudations (sweat lodge) et qui nous sont offertes par nos Gardiens du Feu, bien ‘rouge et brûlante’ directement sortie de notre Feu Sacré

Ces vieilles pierres sont la représentation de nos plus vieux esprits sur Terre et sont essentielles pour la bonne conduite de cette cérémonie particulière : la tente de sudation. Ces cérémonies de sudation et de purification sont des rencontres sacrées avec nos vieux GrandsPères, le peuple des pierres et ces tentes sont la représentation du ventre de notre mère la Terre. Elles nous permettent de nous purifier le corps et l’esprit, de nous guérir ou simplement d’être en connexion avec la Mère-Terre. 

Ces cérémonies millénaires sont très importantes dans nos cultures et sont grandement appréciées par nos résidents. Cette année, la cueillette de Grands-Pères fut particulièrement fructueuse (plus de 500 pierres) et c’est en grande partie dû au travail inlassable, fait dans le plus grand des respects, de nos résidents.    

Ktchi Miigwetch à tous les résidents

PRÉPARATIONS POUR LA CÉRÉMONIE DU JEÛNE ANNUEL

Quelques-uns de nos résidents ont travaillé ensemble afin de construire les abris de l’Aîné et des Aidant, en préparation de la Cérémonie du Jeûne qui aura lieu en octobre.

Ensemble, ils ont complété ces abris en un temps record. Le programme de la Terre et les PSAE dont bénéficient quelques-uns de nos résidents permettent aux Aidants de les amener dans la forêt. Quelques fois ils construisent des structures qui sont nécessaires et, d’autres fois ils font des cérémonies qui leurs enseignent ce que la forêt a à leur offrir.   

JEÛNE ANNUEL – 2018

Cette année à Waseskun, il y a eu un total de six (6) résidents, deux (2) Gardiens de Feu et un (1) cuisinier qui ont participé à la Cérémonie du Jeûne. Le lundi, tous ont préparé et monté leur tente et la tente de sudation. Le mardi ils ont participé dans une tente de sudation de deux rondes et, ont commencé le Jeûne

Le premier soir, le ciel était clair avec beaucoup d’étoiles. Le soir suivant il y eu de la pluie avec des éclairs et du tonnerre et la température baissa jusqu’à peu près 5 oC. Pour ce qui est du jeudi, ce fut nuageux et pluvieux. Le vendredi, les Jeûneurs restants ont participé dans une tente de sudation de départ.

Chaque jeûneur a bénéficié de la Médecine dont il avait besoin lors de cette Cérémonie. Ce fut une très belle expérience et une que les participants n’oublieront jamais.   

Un très grand merci (Niawen Kowa) aux Gardiens de Feu, aux Aidants et à notre Aîné.

VIVRE DANS LA COMMUNAUTÉ

Vivre dans la Communauté est une composante nouvelle du programme Waseya qui est destiné aux résidents qui ont des sentences vie ou autres sentences à long terme, afin qu’ils apprennent des connaissances pratiques utiles au quotidien qui les aideront à se refamiliariser avec la vie à l’extérieur après avoir passé beaucoup de temps à l’intérieur. Pendant qu’ils servent leur temps, les choses changent dans le monde extérieur et ils doivent apprendre à se réadapter lorsque le temps de quitter la détention approche et qu’ils se préparent à se réintégrer dans la société. Vivre dans la Communauté favorise la désinstitutionalisation en aidant les résidents à devenir indépendants tout en encourageant la gestion responsable de leurs affaires personnelles

Dans Vivre dans la Communauté, les résidents apprendront comment budgétiser, magasiner avec des revenus limités, utiliser des coupons pour le magasinage, se chercher un appartement, se chercher un travail, faire un curriculum vitae, etc. Ils apprendront les choses qu’ils doivent savoir lorsqu’ils quittent Waseskun et qu’une maison de transition ne leur apprendront pas. Il y aura des sessions de théorie qui montreront aux résidents comment utiliser des habiletés de vie sur une base quotidienne, de même que des sorties dans les magasins, restaurants et banques afin qu’ils s’habituent à l’interaction avec les gens et, qu’ils puissent savoir comment échanger en public   

ENTREVUE AVEC UN RÉSIDENT

(Adrien L.)

Adrien est dans le système depuis plus de 25 ans. Il est à Waseskun depuis près de trois ans, étalé sur deux séjours, avec un retour bref en institution entre les deux à cause d’une régression. Selon Adrien, un chemin de guérison est bien spécifique et personnel à chacun et il commence par soi. On doit être honnête envers soi-même afin de déterminer pourquoi nous choisissons la guérison et ce sur quoi nous devons travailler. On doit être sérieux dans notre démarche et nos efforts. Nous sommes là pour travailler sur nousmême et non pas dormir. Il y a du travail à faire. On doit prendre le temps de travailler une chose à la fois afin de pouvoir réparer les choses qui nous dérangent à l’intérieur

Adrien prend la guérison à cœur et affectionne un enseignement qu’il a appris ici : ‘Rien n’arrive pour rien’. Si vous faites de bonnes choses, elles fonctionnent. Si vous faites des mauvaises choses ou pour les mauvaises raisons sans savoir les conséquences, les chances sont que de mauvaises choses arriveront. Adrien a été exposé à plusieurs enseignements et il reste près de ceux qui lui parlent. Ils adressent toutes les raisons pour lesquelles nous sommes ici et nous aide dans notre guérison, mais cela dépend de chacun de choisir l’enseignement qui lui convient le mieux. Il a acquis beaucoup de connaissances. Pour Adrien, ce sont les enseignements spirituels qui lui parlent le plus fort. Lorsqu’il entre dans la tente de sudation ou qu’il fume la pipe sacrée, cela l’amène vers ses croyances culturelles et le mets en contact avec les Ancêtres. Adrien croit qu’il y a toujours quelqu’un qui est prêt à vous écouter lorsque vous avez quelque chose à dire et, qui est toujours prêt à vous aider. Il croit que sa mère est toujours avec lui, de même qu’un Aîné du SCC qui est décédé. Il les sent tout près tous les deux et ils le guide et lui offre support. Jouer du tambour le mets aussi en contact avec les Ancêtres. Adrien se sent calme lorsqu’il se sent en contact avec un Ancêtre et pour donner suite à cela, il sait ce qu’il a à faire afin de gérer n’importe quelle situation à laquelle il fait face. Il ressent une sagesse qui vient vers lui, et, combiné avec l’honnêteté, celles-ci le guide. 

Il y a des gens dans son passé qui n’étaient pas honnêtes et aujourd’hui ils ne font plus parti de sa vie. L’honnêteté est importante. Si vous mentez et dites des choses qui ne sont pas vraies, à la fin vous ne mentez qu’à vous-même. Et par la suite vous croyez vos mensonges et ce n’est pas une très bonne chose. Adrien essaie vraiment fort de se tenir loin des choses qui ne sont pas bonnes. 

Adrien aime travailler avec le bois, il aime faire des sculptures, des dessins et de l’artisanat traditionnel. Il fait des capteurs de rêves, des bâtons de marche, des pipes qui sont utilisées dans les cérémonies et, il a même sculpté son propre masque cérémonial. Lorsqu’il travaille sur son artisanat, il entre dans un autre monde et oublie tout le reste. Lorsqu’il dessine, il le fait seul dans sa chambre. Il aime partager quelques-unes de ses techniques avec les autres lorsqu’ils lui demandent son avis sur comment faire quelque chose ou dessiner quelque chose. 

Adrien prend ses responsabilités communautaires très au sérieux. Il travaille diligemment dans la cuisine; il est un très bon travaillant lorsqu’il y a de la neige à pelleter. Adrien aime les animaux et nourrit les écureuils et les suisses à Waseskun; ils deviennent vite ses amis. Il est souvent Gardien du Feu lors des Feus Sacrés ainsi que pour les Tentes de Sudation et il prend cet honneur à cœur en fournissant un soutien exceptionnel à ses frères. 

Adrien a eu une grande confiance dans les Médecines. Il est très sérieux à propos des Médecines. Il ne joue pas avec les Médicine et il les RESPECTE; ceci est très important. Il travaille aussi avec le masque qu’il a sculpté et, il est très puissant. Un jour, quelque chose le tracassait et le masque lui a dit de laisser ce tracas tranquille et, il est parti. Ça peut sembler très banal dit-il, mais si vous y croyez alors c’est très fort. Selon Adrien, chacun a besoin de quelque chose en quoi croire. Il a vraiment apprécié le jeûne de l’été dernier. Adrien a reçu une visite dans sa tente pendant le jeûne lorsqu’il alluma sa pipe. Il est certain que c’était un autre ancêtre. Il y avait une tempête qui se préparait et il s’est fait dire durant la visite de faire attention au chemin sur lequel il marche car certaines personnes pourraient venir lui ‘pousser ses boutons’. Alors attention! Adrien croit qu’il est important de porter attention aux leçons lorsqu’elles sont reçues. Plus tard, lorsque certaines personnes ont essayé de ‘pousser ses boutons’, il a été capable de gérer la situation et ne pas perdre patience. 

Adrien a placé sa pleine confiance en son Aidant et l’Aîné afin de demeurer honnête et de travailler ce sur quoi il a besoin d’aide. Il a appris se manifester lorsque les choses ne vont pas bien pour lui au lieu de les garder enfouies à l’intérieur. Il a appris comment identifier exactement ce qui ne fonctionne pas pour lui et il est capable de l’exprimer. Il met en pratique ce qu’il a appris de ses Aînés. Maintenant, il peut dire tout ce qui lui passe par la tête. Il a aussi appris comment parler anglais au cours des dernières années. 

Adrien a vraiment aimé ses sorties à date. Il les trouve toujours très plaisantes. Il a été sur la Terre plusieurs fois où il coupé du bois, fait d’autres travaux et reçus plusieurs enseignements et, ceci est toujours très agréable. Il a été au Ski Montcalm et pendant cette sortie, lui et d’autres résidents ont présenté la culture Autochtone au public et ont exposé des objets d’artisanat. Il a aussi participé à une journée Culturelle dans le village de St-Alphonse-Rodriguez durant laquelle les gens étaient habillés en costumes d’époque. Il a fait du canot pendant cette sortie. Il a aussi fait une présentation au public près du feu sur les valeurs, croyances et traditions Autochtones et, il a aussi chanté en jouant du tambour et montré aux enfants comment se servir du tambour. 

Adrien a beaucoup changé du fait qu’il est devenu plus calme et plus relaxe. Avant, il était toujours très agité. Il est fier de son progrès. Il est non seulement plus calme, mais il est capable de répondre correctement aux questions et est capable de bien réagir aux situations et aux gens qu’il rencontre. Si quelque chose cloche, il est capable d’en parler. Il est aussi capable de réfléchir par lui-même lorsqu’on le défie et il est capable de déterminer ce qui le mieux à faire et, de bien réfléchir incluant les conséquences possibles de n’importe quelle action qu’il porte. Il est en mesure de regarder les choses de façon plus profonde et, de déterminer quelles sont les meilleures étapes à suivre pour son bien-être. 

Il se sent d’autant plus prêt à passer aux prochaines étapes. Il n’est pas du tout nerveux. Ses buts sont de passer devant la CLCC, d’obtenir sa semi-liberté et de se trouver du travail par la suite. Il adore travailler à l’extérieur et travailler avec les animaux. Il se voit aussi faire la cueillette de fruits ou faire un travail qui lui permettrait d’entretenir la terre. Il se prépare pour sa prochaine étape, sa semi-liberté. Il pourrait choisir de rester à Waseskun ou d’aller dans une autre maison de transition. Il bénéficiera bientôt d’une visite dans l’autre maison de transition et il pourra faire son choix par la suite. Il bénéficiera également de PSSE afin d’aller à la Terre des Bisons et au Centre Thérapeutique Équestre qui est tout près du centre. Il croit que 2019 s’en ligne pour être une excellente année pour lui. 

Selon Adrien, tout le monde a ses choix personnels, mais pour quelqu’un qui choisit de travailler sur lui-même, Waseskun est un excellent endroit. Vous devez avoir la volonté de le faire cependant. Vous devez être en mesure d’accepter les choses que vous trouverez ici et que vous ne trouverez pas ailleurs. C’est un endroit très structuré et c’est difficile. Nous ne sommes pas tous fait pareil et nous ne répondons pas tous de la même façon. Waseskun est une préparation pour le retour en société et, Dieu sait que ce n’est pas facile à l’extérieur. Waseskun est tout petit en comparaison au monde extérieur et quand on y sort, le monde extérieur est énorme. Si vous ne pouvez pas fonctionner à Waseskun, qu’allez-vous faire à l’extérieur?            

SORTIE SUR LA TERRE

21 novembre, 2018 – Chad Diabo

Sur la photo, vous pouvez voir un résident qui utilise la pierre à feu pour commencer un feu manuellement. Il le fit très rapidement et il était fier de ses efforts. Ce n’est pas donné à tous d’allumer un feu de cette façon lorsqu’il fait -5 oC degrés. Il avait froid aux mains et a mis deux essais avant que le feu allume.

Nous avons pris le temps de regarder s’il y avait des traces d’animaux et nous avons vu des signes spécifiques qui nous indiquait qu’il y avait un jeune renne dans le coin. Aucun signe de panache, mais des signes qu’il avait mangé de l’écorce de branches qui étaient basses. Il y avait aussi des signes d’écureuils et de lapin.   

Ce fut un bon départ pour les sorties hivernales sur la Terre pour cette année.

PROGRAMME INTENSIF DE LA TERRE

Le Programme Intensif de la Terre nef de Waseskun se base sur les façons ancestrales et traditionnelles d’adresser les besoins des résidents de Waseskun, plusieurs d’entre eux étant devenu institutionnalisés et, qui sont en besoin d’habiletés pratiques pour vivre dans le monde d’aujourd’hui. Les résidents qui ont perdu la connexion avec la Mère Terre et qui ne connaissent qu’une vie urbaine doivent se familiariser avec les façons traditionnelles Autochtones qui ont été transmises par nos ancêtres.  

Le Programme Intensif de la Terre est conçu pour enseigner aux résidents les compétences de survie en plein-air afin de les aider à vivre à l’extérieur des murs d’une institution. Lorsque le contrôle des gardiens et la hiérarchie des prisonniers est retirée, comment une personne qui a été incarcérée si longtemps réagira-t-elle lorsqu’elle devra vivre en société à nouveau?   

Les hommes traditionnels ont les connaissances et savent comment vivre sur la Terre. Pour la chaleur, nous amassons du bois et faisons un feu. Pour le transport, nous plaçons un pied en avant de l’autre. Pour la lumière, nous allumons une lanterne. Ce que nous n’avons pas apporté avec nous dans le bois, nous nous en passons. Les bénéfices que nous retirons de vivre sur la Terre nous amènent un sentiment d’auto-dépendance et un lien à nos ancêtres. Lorsque nous mettons des résidents dans le même contexte que nos ancêtres il y a 200 ans, ils en ressortiront des hommes nouveaux.

PROGRAMME INTENSIF DE LA TERRE – LES IGLOOS

par Chad Diabo

Le 12 février dernier, en tant que Programme Intensif de la Terre, certains résidents ont prit part dans l’apprentissage de compétences afin d’acquérir de l’expérience dans la construction d’abris de neige. Ceci est loin de représenter les abris que nous connaissions dans notre jeunesse, il y a beaucoup plus qu’on peut se l’imaginer

Les Inuits vivaient et encore aujourd’hui, utilisent des igloos comme mode de survie dans le Grand Nord. Nous avons appris que ces abris ont des particularités intérieures qui font d’eux d’excellents abris pour y vivre et utiliser lorsque vous faites des randonnées, chassez ou pêchez. 

À plusieurs reprises il y a des gens qui ont dû être rescapés des campagnes lorsque l’équipement qu’ils avaient ne pouvait s’adapter aux conditions météorologiques. Ces résidents savent maintenant comment bâtir un abri et les bénéfices qu’ils apportent à ceux qui s’en servent et comment les aideront à vivre sur la Terre.    

PROGRAMME INTENSIF DE LA TERRE – DE LA RAQUETTE

par Chad Diabo

Le 11 mars dernier et, en lien avec le Programme Intensif de la Terre, nous avons fait une sortie à Rawdon. Nous avons fait de la raquette avec des sacs à dos lourds et avons aussi mis en pratique des techniques pour faire et aussi débroussailler des chemins. Tous les résidents ont exprimé le calme qu’ils ressentaient d’être sur la Terre.

Il faut vraiment voir ce que à quoi la Terre ressemble cette année avec toute la quantité de neige tombée. Nous avons testé la profondeur de la neige et, lorsqu’on regardait du côté hors-piste nous avons constaté qu’il y avait à peu près 9 pieds de neige. N’importe lequel d’entre nous se serait aventurés sur le hors-piste, vous nous auriez trouvé au printemps seulement 

Lors d’une autre sortie à la Terre des Bisons, quelques-uns des résidents Inuits posent aux côtés d’un Inukshuk.    

PROGRAMME INTENSIF DE LA TERRE – LA PÊCHE SUR LA GLACE

par Chad Diabo

Le 18 mars nous avons fait une expédition à Ste-Béatrix. C’était la première fois que nous allions à la pêche à la glace dans le cadre du Programme Intensif de la Terre.

Tous les résidents se sont bien amusés. Il y avait un résident dont c’était la première expérience pour la pêche sur la glace, alors les Cris et Inuits qui ont un peu plus d’expérience ont partagé leurs connaissances avec lui. 

Comme pour toutes les expéditions de pêche, nous pourrions exagérer en vous parlant de ceux que nous avons failli attraper, mais je préfère être honnête et vous dire que nous n’avons rien attrapé cette journée-là.    

PROGRAMME INTENSIF DE LA TERRE – BUTEUR DE PIERRE À FEU

par Chad Diabo

En cette première journée d’avril, nous sommes allés sur la Terre de Waseskun à Rawdon. Nous avons déneigé la cabine et inspecté la structure et l’intérieur. Une poutre doit être remplacée à cause du poids de la neige.

Par la suite, nous avons fait un feu en utilisant nos connaissances de nos sessions de théorie. Faire un feu en utilisant un buteur de pierre à feu est une compétence qui doit être pratiquée afin de pouvoir bien la maîtriser. Ce résident a mis 10 minutes de travail ardu pour allumer le feu. Nous l’avons encouragé de façon continue afin qu’il ne se décourage pas. Sa persévérance a été récompensée. 

Finalement, en utilisant une technique que j’ai appris des Attikamewk, nous avons fait des sièges dans la neige. Un design quand même efficace compte tenu qu’il y a eu encore 5 pieds de neige à quelques endroits. 

À noter, un aspect intéressant de notre excursion est que nous avons vu plusieurs traces d’animaux locaux : des martins, des renards, des lynx, des lapins et un orignal solitaire également. Somme toute, ce fut une magnifique journée sur la Terre.      

ULU

Au Centre de Guérison Waseskun, plusieurs résidents nous proviennent du Nord et ils apprécient particulièrement les périodes de l’année où il fait froid et quand la neige leur rappelle leur coin de pays. Afin de se sentir un peu plus près de chez lui, l’un d’entre eux a récemment eu l’idée de montrer aux autres comment il fabrique l’ULU, lui qui s’y connaît en la matière.

L’ULU est un outil utilisé uniquement par les femmes inuits, vivant au Nord. Il est utilisé pour diverses activités, comme pour enlever et nettoyer la peau des animaux, pour couper les cheveux d’un enfant et pour couper la viande, de même qu’à tailler les blocs de glace utilisés dans la construction des igloos. 

Le résident a alors profité du programme « Honorons nos Traditions » offert au centre pour expliquer à ses collègues la fabrication de l’outil inuit. Il a profité de quelques séances supplémentaires pour terminer l’explication et la fabrication de l’outil nordique. Il leur a d’abord exposer les différentes utilités qu’offre l’ULU et surtout, qu’il n’est utilisé que par les femmes inuites et non par les hommes. Il a spécifié que dans le Nord, selon l’âge de la fille, l’ULU lui sera offert en fonction de sa capacité à l’utiliser et de la tâche que son âge lui permet de pratiquer. Ainsi, plus elle vieillit, plus la dimension de l’ULU grossira et plus les tâches augmenteront en difficultés. 

Habituellement doté d’un manche de bois (ou d’os), l’outil est pourvu d’une lame de métal coupante qui permet de tailler la pièce de viande, la neige ou encore, la peau de la bête. 

Le résident a éprouvé quelques difficultés d’adaptation à son arrivée au centre de guérison, mais l’activité de fabrication de l’ULU lui aura permis de se sentir plus près de chez lui l’instant de quelques programmes et a aussi permis aux autres résidents d’apprécier ses talents de fabricant d’ULU.      

FORMATION DE SENSIBILISATION INDIGÈNE POUR

LA COMMISSION DES LIBÉRATIONS CONDITIONNELLES DU CANADA

Le 14 mars dernier, un groupe de 20 membres de la Commission des Libérations Conditionnelles du Canada sont venus rendre visite à Waseskun, afin d’assister à une Formation de Sensibilisation Culturelle Indigène. La journée débuta par une visite guidée du Centre par les membres du personnel, suivie de la Prière d’Ouverture, les mots de Bienvenue par notre Aîné et, quelques chants aux tambours de la part de nos résidents. La matinée se poursuivit avec une rencontre avec les membres du personnel de Waseskun afin qu’ils expliquent le fonctionnement et les programmes du Centre.

Par la suite, les membres de la Commissions des Libérations Conditionnelles du Canada ont participé à un Cercle avec quelques-uns de nos résidents afin de poser des questions et échanger des points de vue. 

La visite s’est terminée avec un atelier sur la Formation de Sensibilisation Culturelle Indigène qui a été animée par un des membres de la CLCC, Dennis notre Aîné, et Bryan, un de nos Aidants. Les membres de la CLCC ont passé un moment très plaisant et surtout très enrichissant avec nous. Ils ont vraiment apprécié leur expérience!    

If you are interested in receiving our newsletter or in collaborating please contact us. If you wish to submit articles, stories, photos or other information, we will do our best to include your contributions in a future publication.
TheWaseskunCircle
1 Waseskun street
PO Box 1159
Saint-Alphonse-Rodriguez (Qc), J0K 1W0
Tél. : 450 883-2034 Fax : 450 883-3631
www.waseskun.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *